Montréal, le 17 septembre 2020. Les Pollués de Montréal-Trudeau (LPMT) ont appris le 6 août dernier le rejet par la Cour supérieure du Québec de leur demande de contrôle judiciaire, relatif aux opérations nocturnes, 23h/7h, à l’aéroport Montréal-Trudeau. Les Pollués se battent depuis 2012 afin que les citoyens de Montréal retrouvent des nuits de sommeils paisible, qui leurs ont été dérobées depuis 2004. Le comité de citoyen a jusqu’au 30 septembre pour interjeter appel de cette décision. Les frais de justice sont importants et l’objectif est de 50 000 $.

La pandémie et sa poursuite dans le temps démontrent les bienfaits du calme aérien la nuit pour le sommeil des Montréalais. Mais personne ne pense sérieusement qu’un virus malfaisant est la manière de retrouver cette qualité de vie, essentielle à la santé des personnes.

Un appel au financement populaire pour assurer les frais juridiques

« Nous faisons appel à nos concitoyens, ceux qui subissent les pollutions aériennes et tous les autres, qui ne voudraient pas subir cette médecine et qui comprennent la pertinence de nos actions et de la solidarité, affirme Pierre Lachapelle, président des Pollués ».

L’appui financier des citoyens est essentiel pour faire face aux dommages demandés et pour porter en appel le rejet de la demande de contrôle judiciaire. L’accès à la justice n’est pas gratuit. L’objectif de cette campagne est de 50 000 $.

À propos des Pollués

Le collectif de citoyens LPMT est enregistré comme organisme sans but lucratif à l’été 2013. Les Pollués de Montréal-Trudeau réclament principalement, outre des dommages et intérêts compensatoires pour bruit excessif, une gestion moderne des impacts environnementaux des activités de l’aéroport Montréal-Trudeau et l’application d’un couvre-feu strict entre 23 h et 7 h. Plus d’information au www.lpdmt.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *