Les stations de mesure installées par les Pollués de Montréal-Trudeau (LPDMT) sont fournies par une société européenne, Worldwide Aircraft Noise Service (WW-ANS). Cette société a été créée en appui aux citoyens du monde entier qui luttent contre le bruit des aéronefs en leur fournissant des arguments solides pour faire valoir le tort qu’ils subissent et pour les soutenir dans leur demande d’instauration de couvre-feu. WW-ANS a ainsi réussi à créer un réseau de surveillance des aéroports, car toutes les données enregistrées par les stations de mesure sont visibles sur leur site internet (http://www.ww-ans.net/ : cliquez sur Canada, puis sur Montréal et choisissez un endroit).

Les stations de mesure installées à Montréal sont les toutes premières en Amérique alors qu’il y en a déjà plus de 275 en Europe. L’installation de ces stations requiert l’achat d’accessoires et le coût de chaque station s’élève globalement à quelque 500 $. Il faut aussi ajouter régulièrement d’autres frais pour favoriser leur autonomie au sein des habitations des citoyens qui ont accepté de prêter leur concours à cette expérience. En y ajoutant les coûts d’entretien, les Pollués ont déboursé en moyenne 535 $ jusqu’ici pour finaliser la mise en service de chacune des stations. L’installation a été faite bénévolement par des membres de l’organisme.

La station est constituée d’un capteur (micro), posé à l’extérieur, qui est relié à un récepteur à l’intérieur des résidences, lequel transmet les données reçues à un nano ordinateur (Raspberry Pi, dans le cas des stations montréalaises). Celui-ci est lié au réseau web des propriétaires, et à chaque heure, les données enregistrées par le nano ordinateur sont dirigées vers le serveur de WW-ANS qui les décrypte à l’aide d’un logiciel. Celui-ci, lorsqu’il détecte avec assurance que c’est le passage d’un aéronef qui a causé une perturbation sonore, encercle le sommet de la courbe de bruit produite.

Bien que les stations de mesure des Pollués soient moins fiables lors des grands froids hivernaux, elles demeurent pertinentes près de 10 mois par année. Outre le nombre de dB(A), les stations enregistrent la direction des vents ; de plus, des statistiques journalières, mensuelles et annuelles sont établies automatiquement. Ces statistiques ont permis aux Pollués de Montréal-Trudeau de colliger les données suivantes :

[table id=2 /]

Les Leq illustrent que le bruit est souvent plus fort loin à l’est de l’aéroport que tout autour. Le Leq est une mesure pour décrire le niveau équivalent moyen d’un bruit. Les Leq enregistrés tant aux stations de mesure d’ADM qu’à celles des Pollués fournissent le palmarès suivant (de la plus bruyante à la moins bruyante):

[table id=3 /]19 août 2015

Carte des stations

4 commentaires sur « À propos des stations de mesure de bruit des Pollués de Montréal-Trudeau »

  1. Bonjour
    Nous aimerions acheter l’équipement de mesure de bruit pour notre quartier. Avez-vous la marque et le modèle des appareils ?
    merci
    Yvan O.

  2. Moi j’habite à ville st-laurent proche de votre station de mesure au 155 boul de guire. C’est pas compliqué ont dirait que je vie à l’aéroport, c’ est l’enfer jour et nuit. J’ai aussi remarqué le non respect du couvre. feu hier je me suis réveillé à 2:30 du matin. J’ai 35 ans le bruit va me complèment fou en plus ils volent trop bas. Je vous appuient à 100 pourcent et j’espère voir une amélioration merci beaucoup pour vos démarches. Je souhaite qu’il y ait un recour collectif contre adm à suivre…..

    1. Vous savez, il n’y a plus de couvre feu à Montréal-Trudeau. Le rétablissement d’un couvre-feu en bonne et dû forme de 23h à 7h est un des objectifs que les Pollués de Montréal-Trudeau désire réaliser.
      Restez en communication avec nous via nos infolettres et merci de nous avoir écrit.

Répondre à Ouellet Yvan Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *